• Château de Vincennes : Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d'Enghien (Chantilly, 1772 - Vincennes, 21 mars 1804).

    Exécution du duc d'Enghien

    Dans la nuit du 20 au 21 mars 1804, à deux heures du matin, le duc d'Enghien (32 ans) est fusillé dans les fossés du château de Vincennes.

    Château de Vincennes : Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d'Enghien

    Louis Antoine Henri de Bourbon, prince de sang royal, est le dernier rejeton de la lignée prestigieuse des Condé.  Réfugié dans le grand-duché de Bade, un pays neutre, il n'a rien tenté contre la France révolutionnaire. La police française l'accuse cependant d'avoir organisé avec le général Pichegru et  Georges Cadoudal un complot contre le Premier Consul Napoléon Bonaparte.

    Château de Vincennes : Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d'Enghien

    En le faisant enlever et sommairement exécuter, ce dernier terrorise l'opposition royaliste et lève les ultimes obstacles à la proclamation de l'Empire... 

    Fabienne Manière
     
    De la Révolution à l'Empire
     

    Le 21 mars 1804, le jour même où meurt le duc d'Enghien, est promulgué le Code Civil. Avec ce document, qui est l'aboutissement d'un travail de dix ans, la Révolution française donne le meilleur d'elle-même et rend son tablier. Son oeuvre est achevée, d'autant que Bonaparte a établi la paix aux frontières et ramené la concorde religieuse et la prospérité.

    Château de Vincennes : Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d'Enghien

    Dans le même temps, l'exécution nocturne du duc d'Enghien annonce la dictature personnelle de Napoléon et son interminable litanie de batailles, avec au final l'abaissement durable de la France sur la scène internationale.

    Complot royaliste

    Georges Cadoudal (32 ans), à l'origine sans le vouloir de la mort du duc d'Enghien, est un chef chouan réfugié à Londres. Fidèle à la monarchie, il a été nommé lieutenant général par le comte d'Artois, frère cadet de feu Louis XVI, qui règna beaucoup plus tard sous le nom de Charles X.

    Il n'empêche que la police, ayant eu vent du complot, arrête le prestigieux vainqueur de Hohenlinden. Cette arrestation suscite des rumeurs dans l'opinion publique, qui doute de la bonne foi du Premier Consul et le soupçonne de vouloir éliminer ses rivaux. Devant l'impéritie de ses policiers, Bonaparte commence à le regretter d'avoir retiré à Joseph Fouché le ministère de la Police Générale...

    Château de Vincennes : Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d'Enghien

    Heureusement, la police se rattrappe en arrêtant aussi le général Pichegru puis les autres instigateurs du complot. Cadoudal est lui-même arrêté rue Monsieur-le-Prince, à Paris, dans des conditions tragiques (il tue deux agents avant de se rendre) le 9 mars 1804. L'opinion se retourne en faveur du Premier Consul.

    L'enquête policière révèle alors que les comploteurs attendaient l'arrivée d'un «prince du sang», autrement dit un membre de l'ancienne famille royale. Sans doute s'agissait-il du comte d'Artois. Un plan d'insurrection plus ou moins fantaisiste, transmis par un agent double, Méhée de la Touche, dévoile les noms d'émigrés établis en pays de Bade, parmi lesquels le duc d'Enghien.

    Château de Vincennes : Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d'Enghien

    Le prince, tout occupé de son prochain mariage avec sa cousine, la princesse Charlotte de Rohan-Rochefort, de cinq ans plus âgée que lui mais à laquelle le lie une longue intimité, est enlevé par une troupe d'un millier de gendarmes dans la nuit du 14 au 15 mars à Ettenheim, près du Rhin, au mépris du droit international.

    Sans comprendre ce qui lui arrive, il est incarcéré le 20 mars dans le château de Vincennes, à l'est de Paris. Le soir même, à 11 heures, il est interrogé par une commission extraordinaire présidée par le général Hullin, en présence du chef de la police secrète, le colonel de gendarmerie Savary, futur duc de Rovigo.

    Château de Vincennes : Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d'Enghien

    La commission l'accuse d'avoir comploté contre la sûreté de l'État, ce qui est faux, et d'avoir reçu de l'argent de l'Angleterre, ce qui est vrai. Comme Hulin ne sait pas sous quel chef d'accusation le condamner, il rédige le jugement en laissant en blanc les articles censés justifier l'exécution : «... Et lui a appliqué l'article xxx de la loi du xxx ainsi conçu xxx et, en conséquence, l'a condamné à la peine de mort. Ordonne que le présent jugement sera exécuté de suite à la diligence du capitaine rapporteur...».

    Château de Vincennes : Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d'Enghien

    Le jeune homme est aussitôt fusillé dans les fossés, à la lumière d'une lanterne. À ses côtés se tient Mohilof, le chien que lui a offert sa chère Charlotte ( Le chien du duc, Molihoff (un carlin), suivra son maître jusqu'à son exécution, il finira naturalisé et sera exposé en 1932 lors d'une exposition rétrospective du château de Vincennes, Paris, pavillon de Marsan).

    Après l'exécution, la dépouille au visage défiguré par les balles est jetée dans une fosse creusée quelques heures plus tôt. Les soldats, honteux de leur geste, s'abstiennent de dépouiller le cadavre de ses vêtements et de ses objets de valeur comme le règlement les y autorise. Après la chute de l'Empire, on retrouvera dans la sépulture des pièces et une montre en or.

    Château de Vincennes : Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d'Enghien

    Avant de mourir, le prince a eu le temps de confier à un gendarme une enveloppe à l'attention de sa fiancée, dans laquelle il a glissé une mèche de ses cheveux et un mot. L'enveloppe ne sera jamais transmise à sa destinataire. Celle-ci, inconsolable, portera pendant 30 ans, jusqu'à sa mort, le deuil de son fiancé.

    Le général Pichegru se «suicide» peu après dans sa cellule. Le général Moreau, qui a seulement eu le tort de ne pas dénoncer le complot, est exilé. Quant à Georges Cadoudal, il est guillotiné avec onze complices le 25 juin 1804. «Nous voulions faire un roi, nous avons fait un empereur», a-t-il confié avec amertume dans sa prison.

    Le meurtre aboutit au résultat escompté, contrairement au jugement d'Antoine Boulay de la Meurthe, un fidèle de Bonaparte : «C'est pire qu'un crime, c'est une faute». Cette formule est souvent attribuée à tort au ministre des Relations Extérieures, Talleyrand. Ce dernier, qui a en vérité encouragé le Premier Consul à commettre le crime, aurait seulement laissé tomber en apprenant la nouvelle : «Bah ! ce sont les affaires».

    En 1816, Louis XVIII fit transporter les cendres du Duc d' Enghein dans la Sainte- Chapelle de Vincennes sous un monument de Lenoir. 

    Château de Vincennes : Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d'Enghien

    * sources : http://www.herodote.net/21_mars_1804-evenement-18040321.php  

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    65 commentaires
  • La cloche de l'horloge de Charles V sur le châtelet du donjon (cliquez sur le lien)

    D'un poids total de 714,41 kg, la cloche de l'horloge du châtelet du donjon porte l'inscription suivante : ?CHARLES PAR LA GRACE DE DIEU, ROY DE FRANCE, FILS DU ROY JEHAN, ME FIST FAIRE L'AN DE GRACE MIL CCC LXIX [1369]. JEHAN JOUVENTE M'A FASONNÉE POUR ORLOGE. SUY ORDENÉE. ENTENDES LE HEURES?.

    La cloche de l'horloge de Charles V sur le châtelet du donjon

    Cette photo a été prise avec mon petit Nikon Coolpix

    Cette inscription nous indique que la fonte de cette cloche fut ordonnée par Charles V en 1369 afin de servir à sonner les heures dans une horloge.

    La cloche de l'horloge de Charles V sur le châtelet du donjon

    Le fondeur, Jean Jouvente, est un personnage bien connu par ailleurs pour plusieurs cloches qu'il réalisa pour d'autres horloges destinées à d'autres résidences de Charles V : en 1371 ou 1372, il réalisa la cloche du palais de la Cité à Paris, en 1376-1377 celle du manoir de Beauté, construit par Charles V en périphérie du bois de Vincennes et en 1377 deux cloches pour l'horloge de la cathédrale de Sens.

    Auteur : Chapelot (J.)

    La cloche de l'horloge de Charles V sur le châtelet du donjon

    Le campanile qui surmonte la terrasse du châtelet abrite la première horloge publique de France, un an avant celle du palais de la Cité à Paris.

    Cette inovation coûteuse annonce les horloges municipales qui apparaîtront dans les grandes villes européennes à partir du XIVe siècle.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    60 commentaires
  • Le Château de Vincennes, résidence principale des rois de France

    Le Château de Vincennes est un lieu incontournable de l’Histoire de France.

    Au XIIe siècle, le Bois est un domaine de chasse royal très prisé. Louis VII y fait aménager un pavillon de chasse.  Au XIIIe siècle, Philippe Auguste puis Saint-Louis font édifier un manoir à l’emplacement du pavillon de chasse de Louis VII. Saint-Louis en fait l’une de ses résidences favorites.

    Le Château de Vincennes, résidence principale des rois de France

    Vincennes devient la résidence principale des rois de France.

    Au XIVe siècle, le Château prend l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui : le roi Charles V décide la construction d’une vaste enceinte, des tours et d’un donjon de plus de 50 mètres, aujourd’hui considéré comme le plus haut édifice fortifié médiéval d’Europe.

    Le Château de Vincennes, résidence principale des rois de France

    Au XVIIe siècle, l’architecte Le Vau construit pour le jeune Louis XIV, sa mère et le Cardinal Mazarin, les pavillons du Roi et de la Reine, de style classique. L’installation de la cour à Versailles en 1682, marque l’abandon de Vincennes comme lieu de résidence royale. Le dernier roi qui séjourne au Château est Louis XV en 1715.

    Le Château de Vincennes, résidence principale des rois de France

    Tout au long du XVIIIe siècle, le Château est progressivement délaissé. Divers établissements s’y installent : une manufacture de porcelaine (à partir de 1740 et qui déménage à Sèvres en 1756), des manufactures de faïence, d’armes, une boulangerie…

    Le Château de Vincennes, résidence principale des rois de France

    En 1808, Napoléon adapte les lieux à l’artillerie moderne en arasant les tours de l’enceinte. C’est alors le début de l’implantation militaire dans le château. Des casemates furent construites contre une partie de l’enceinte du château afin de renforcer la défense de la capitale.

    Le Château de Vincennes, résidence principale des rois de France

    Au début de la Seconde Guerre mondiale, le Château est le siège de l’état-major du général en chef de l’Armée française (Gamelin, puis Weygand), jusqu’à la défaite de juin 1940. De 1940 à 1944, les troupes allemandes occupent les lieux. A l’annonce de l’arrivée des troupes du général Leclerc et de la Libération de Paris, les Allemands quittent le Château et provoquent des explosions et des incendies qui causent des dégâts considérables.

    Le Château de Vincennes, résidence principale des rois de France

    Des restaurations débutées dès la fin de la guerre ont restitué de nombreux éléments et décors détruits lors de ces explosions.

    Outre les espaces ouverts à la visite, le château abrite aujourd’hui le Service Historique de la Défense dont les bibliothèques et les archives sont accessibles au public.

    ... à suivre

    * sources : http://www.vincennes-tourisme.fr/Decouvrir/Chateau-de-Vincennes

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    70 commentaires
  • « Les transports en commun, c’est bien ; sauf qu’aux heures de pointe t’as l’impression de danser un slow avec quatre-vingts personnes en même temps ! » Laurent Ruquier 

    La photo du weekend 2

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    44 commentaires
  • Lac Daumesnil - Vincennes

    Voici encore trois photos sur un coucher de soleil sur le lac Daumesnil à Vincennes. 

    30 octobre 2011 coucher de soleil sur le lac Daumesnil 1

    30 octobre 2011 Coucher de soleil sur le lac Daumesnil 2

    30 octobre 2011 Coucher de soleil sur le lac Daumesnil 3

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    43 commentaires
  • Lac Daumesnil - Vincennes

    Voici deux photos de ma balade autour du lac Daumesnil

    29 octobre 2011 Coucher de soleil lac Daumesnil 2

    29 octobre 2011 Coucher de soleil lac Daumesnil 1

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    29 commentaires
  • Lac Daumesnil - Vincennes

    Il est impossible de reconnaître les petites Bernache nées au printemps de leurs parents ... 

    27 octobre 2011 Lac Daumesnil 1

    27 octobre 2011 Lac Daumesnil 3

    27 octobre 2011 Lac Daumesnil 2

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    50 commentaires
  • Lac Daumesnil - Vincennes

    Il y a désormais trois paons au Lac Daumesnil ...

    25 octobre 2011 Paon Lac Daumesnil 1

    25 octobre 2011 Paon Lac Daumesnil 2

    25 octobre 2011 Paon Lac Daumesnil 3

    Ces deux paons étaient très inquiets, ils venaient d'apercevoir deux cygnes sur le lac ...

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    43 commentaires
  • Lac Daumesnil - Vincennes

    24 octobre 2011 L'automne au lac Daumesnil 2

    24 octobre 2011 L'automne au lac Daumesnil 1

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    44 commentaires
  • Concours de dahlias, Parc Floral de Paris

    Et voici pour finir ma série sur les dahlias du Parc Floral de Paris, quatre photos, j'espère qu'elles vous plaîront ... 

    23 octobre 2011 Dahlia parc Floral 1

    23 octobre 2011 Dahlia parc Floral 2

    23 octobre 2011 Dahlia parc Floral 4

    23 octobre 2011 Dahlia parc Floral 3

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    21 commentaires
  • Concours de dahlias, Parc Floral de Paris

    Voici encore quelques photos de ces beaux dahlias du Parc Floral de Paris.

    22 octobre 2011 Dahlia parc Floral 1

    22 octobre 2011 Dahlia parc Floral 3

    22 octobre 2011 Dahlia parc Floral 4

    22 octobre 2011 Dahlia parc Floral 5

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    35 commentaires
  • Concours de dahlias, Parc Floral de Paris

    Le concours international du dahlia a pour but de présenter les cultivars inédits ou de variétés distribuées depuis moins de 5 ans en France et de selectionner les meilleurs d'entre eux. Il se tient chaque année le troisième vendredi du mois de septembre.

    Voici quelques photos :

    Dahlias parc Floral de Paris 2

    Dahlias parc Floral de Paris 4

    Dahlias parc Floral de Paris 3

    Dahlias parc Floral de Paris 1

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    38 commentaires
  • Parc Floral de Paris : L'entrée du Jardin insolite 

    20 octobre 2011 Jardin insolite 1

    20 octobre 2011 Jardin insolite 2

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    39 commentaires
  • Parc Floral de Paris : Jardin insolite

    19 octobre 2011 Le jardin insolite photo 1

    Thème 2011 "Le jardin de Papy" : le jardin insolite, Parc Floral de Paris.

    19 octobre 2011 Le jardin insolite photo 3

    Créé en 1989, le jardinet, à la fois jardin potager, jardin des senteurs, jardin ornemental, recèle bien des curiosités. Des plantes aux noms bizarre, aux odeurs particulières, au toucher surprenant ou aux saveurs nouvelles.

    19 octobre 2011 Le jardin insolite photo 4

    19 octobre 2011 Le jardin insolite photo 5

    Tomates cerises "Campari" 

    19 octobre 2011 Le jardin insolite photo 7

    Courgette verte 

    19 octobre 2011 Le jardin insolite photo 8

    Tomates cerises "Poil blanc" 

    19 octobre 2011 Le jardin insolite photo 6

    Pommes de terre

    Les soins apportés au jardin respectent les lois de la nature ...

    19 octobre 2011 Le jardin insolite photo 9

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    37 commentaires
  • Château de Vincennes : Les remparts et la tour du Diable, les douves.

    18 octobre 2011 Château de Vincennes 3

    Entre 1361 et 1380, le chantier de construction du donjon puis de l'enceinte du château de Vincennes a certainement été l'uns des plus grands d'Europe. Neuf tours défendent l'enceinte. Surplombant à l'origine d'environ 42 mètres le fond des fossés, elles ont été arasées sous Napoléon 1er à l'exeption de la tour du village. Leur forte saillie supprime tout angle mort. Leur surélévation par rapport aux courtines permet en cas de nécessité d'attaquer ces dernières.

    18 octobre 2011 Château de Vincennes 2

    Les tours sont indépendantes les unes des autres obéissant en cela à un principe établit par les ingénieurs de Philippe-Auguste. Ainsi, en cas d'attaque, chaque tour peut-être isolée et faire office de réduit. Chacune des tours est, de fait, plus conçue comme un donjon que comme une simple tour d'enceinte. Le ravitaillement en vivres et en eau est assuré par un système compliqué de puits et de réservoirs de silos. Les sous-sols sont aménagés en magasin et les étages servent de logements.

    18 octobre 2011 Château de Vincennes 1

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    47 commentaires
  • Château de Vincennes : Les prisonniers du Donjon

    Haut justicier, le souverain se doit de disposer de prisons dans ses résidences. Nous savons que Louis XI logeait certains prisonniers de marque avec lui dans le donjon. Au XVIe et au XVII siècle, quand les souverains s'installent dans le pavillon au sud-ouest de l'enceinte du château, le donjon n'est plus qu'une prison.

    17 octobre 2011 Château de Vincennes 1

    Henri de Navarre, futur Henri IV, y est "hébergé" en 1574. Henri II de Condé, emprisonné pour sa participation à la Fronde, y passe trois ans avec sa femme. Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Retz (1613-1679) reste captif, de 1652 à 1664, dans la grande salle du deuxième étage. Nicolas Fouquet (1615-1680), arrêté en septembre 1661, est conduit dans le donjon alors que le Roi et sa cour résident dans le château.

    17 octobre 2011 Château de Vincennes 2

    Au XVIIIe se multiplie l'usage des lettres de cachet signées par le roi, qui ordonnent un emprisonnement dans le donjon à l'initiative de celui-ci ou à la demande d'une famille soucieuse, par exemple, de se débarrasser d'un fils encombrant ou de lui éviter un châtiment plus grave. Les lettres de cachets qui ont le plus de retentissement concernent une catégorie de prisonniers inconnue aux siècles précédents : les hommes de lettres, comme Denis Diderot, incarcéré de juillet à octobre 1749. Parmi les prisonniers illustres on peut citer Jean Henri Latude, incarcéré trente-cinq ans à la Bastille ou à Vincennes et devenu célèbre pour ses multiples évasions de ces deux prisons, ainsi que le marquis de Sade (1740-1814), détenu dans le donjon du 13 février 1777 au 29 février 1784. Honoré de Mirabeau (1749-1791) condamné à mort pour rapt et séduction mais soustrait à l'effet de cette sentence par une lettre de cachet obtenue par sa famille, et enfermé dans le donjon pendant quarante deux mois, du 8 juin 1777 au 22 octobre 1780 : il y écrit nombre d'ouvrages, dont l'essai Des lettres de cachet et des prisons d'Etat publié en 1782 et qui fut pour beaucoup dans la condamnation par l'opinion de ce système judiciaire dans le développement du mythe de la Bastille et de Vincennes comme symboles d'oppression et dans la décision royale, en 1784, de cesser d'utiliser le donjon en tant que prison.

    17 octobre 2011 Château de Vincennes 3

    Le donjon redevient cependant une prison en 1808, quand Napoléon ordonne la destruction de celle du Temple à Paris, où avaient été détenus Louis XVI et sa famille, devenue un lieu de pélérinage des royalistes. Les prisonniers qui s'y trouvaient alors sont transférés à Vincennes en même temps que deux objets, seuls vestiges de la prison du Temple et, à ce titre, classés monuments historiques : une porte blindée déposée au rez-de-chaussée et un poêle couvert de carreaux de faïence blancs, démonté à cause de la restauration de 2003-2006 et qui provient de la cellule de Marie-Antoinette.

    Source : Le Château de Vincennes, Editions du Patrimoine

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    50 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique