• Provins : La Voulzie

    La Voulzie est une rivière de France qui coule en Seine-et-Marne. C'est un affluent de la Seine en rive droite.

    Provins : La Voulzie

    La Voulzie est un cours d'eau du sud de la Brie qui naît sur le territoire de la commune de Voulton, à environ 8 kilomètres au nord-est de la ville de Provins. Au début le cours d'eau se dirige vers le sud-est, mais effectue assez tôt un quart de tour vers le sud-ouest, en direction de Provins. Peu après avoir traversé et baigné cette cité, la Voulzie s'oriente droit au sud et, après un parcours de 43,9 kilomètres, elle rejoint la Seine en rive droite à Saint-Sauveur-lès-Bray.

    Provins : La Voulzie

    Communes traversées :

    Voulton - Beauchery-Saint-Martin - Léchelle - Saint-Brice - Provins - Poigny - Sainte-Colombe - Longueville - Jutigny - Chalmaison - Everly - Les Ormes-sur-Voulzie - Saint-Sauveur-lès-Bray

    En 1925, une série de travaux sont entrepris, dont la construction d'un long aqueduc, destinés à capter une série de sources de la vallée pour alimenter la capitale, et cela surtout aux environs de Provins. Aujourd'hui, l'aqueduc de la Voulzie rejoint celui de la Vanne, entre Fontainebleau et Paris et fournit une partie de l'eau potable de la capitale. Il transporte plus ou moins 100 000 m3 d'eau par jour, soit plus de 35 millions de m² par an.

    Provins : La Voulzie

    En 2005, Paris consommait chaque jour 615 millions de litres d'eau potable, soit 7,12 mètres cubes par seconde, presque l'équivalent du débit de l'Essonne ou plus que le débit de l'Andelle, ou encore plus de quatre fois le débit de la Voulzie ! 

     La longueur de l'aqueduc de la Voulzie est de 55,4 kilomètres. L'eau de source y est acheminée par simple gravité, à la vitesse de 2,5 kilomètres à l'heure. Pour éviter une contamination durant le trajet, une certaine quantité de désinfectant y est adjointe, d'où la nécessité de traiter quelque peu cette eau à l'arrivée.

    En compensation de cette perte pour sa propre consommation, la ville de Provins doit... pomper l'eau de la Seine ! C'est le rôle du canal de la Voulzie et de l'usine élévatoire des Ormes.

    * Sources : Wikipédia 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    45 commentaires
  • Les chevaux de Provins

    A Provins les chevaux sont rois et on en trouve un peu partout. Dans les près, et même dans certains jardins et oui !! certains sont à la retraite après avoir joué pendant des années dans les spectacles de Provins. 

    Celui ci fait partie du spectacle "La légende des Chevaliers" et pour notre plus grand plaisir a joué les prolongations ! 

    Les chevaux de Provins

     

    Les chevaux de Provins

     

    Les chevaux de Provins

    Cliquez sur les photos pour les voir plus nettes.  

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    48 commentaires
  • Provins : La Légende des Chevaliers

    Au pied  d’une tour majestueuse, ce spectacle haut en couleur et riche en émotions vous transporte des siècles en arrière, au temps des chevaliers et de belles princessesThibaud IV comte de Champagne et Roi de Navarre rentre de croisades .

    De grandes réjouissances sont données en son honneur et prouesses équestres, cavalcades, voltige, dressage et jonglerie vous emportent dans la fête.

    Mais les forces du mal rôdent. Pour défendre notre belle ville de Provins, Thibaud devra combattre le terrible Torvack accompagné de ses loups, de ses guerriers et de ses redoutables machines de guerre.

    Nos magnifiques chevaux cibériques, en parfaite harmonie avec leurs cavaliers, vous feront partager notre passion en réalisant  les pas de danse les plus savants…et les cabrioles les plus folles. 

    Provins : La Légende des Chevaliers

     

    Provins : La Légende des Chevaliers

     

    Provins : La Légende des Chevaliers

     

    Provins : La Légende des Chevaliers

     

    Provins : La Légende des Chevaliers

     

    Provins : La Légende des Chevaliers

     

    Provins : La Légende des Chevaliers

     

    Provins : La Légende des Chevaliers

     

    Provins : La Légende des Chevaliers

    * Informations sur place.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    41 commentaires
  • Provins : La Cité Médiévale et ses remparts

    La cité médiévale de Provins s'est développée sur un éperon rocheux à partir du XIème siècle. De nombreux vestiges des XIIème et XIIIème siècles sont remarquablement bien conservés dans une ville qui s'est efforcée de valoriser et restaurer son riche patrimoine historique. La "petite Venise", nom jadis donné à Provins en raison de la densité de son réseau hydraulique, accueille aujourd'hui près de 600 000 visiteurs par an.

    La Porte Saint Jean :

    Provins : La Cité Médiévale et ses remparts

    La porte Saint-Jean est mentionnée dans les textes entre 1250 et 1270. Elle est entourée par deux corps de gardes dont seuls les deux premiers niveaux voûtés d'arêtes subsistent. Les salles de ces corps communiquaient par un passage souterrain. La porte, qui défendait le chemin de Paris, traversant la ville haute, était fermée par un pont-levis.

    Les Remparts :

    Les remparts de Provins sont édifiés entre le 11e siècle et le 13e siècle, principalement sous Thibaut IV. Les deux portes actuellement restantes, la porte de Jouy et la porte Saint-Jean, sont édifiées au 14e siècle.

    Provins : La Cité Médiévale et ses remparts

    L'enceinte est modifiée jusqu'au 16e siècle, puis cesse d'être entretenue. Elle est détruite en plusieurs endroits, particulièrement dans la ville basse : les allées d'Aligre correspondent en partie à leur emplacement.

    Provins : La Cité Médiévale et ses remparts

    Les parties subsistantes des remparts sont essentiellement situées dans la ville haute, et mesurent 1 200 m de long au total. La partie des remparts située entre le trou au Chat et la tour aux Pourceaux est classée au titre des monuments historiques en 18751. La portion entre la tour aux Pourceaux et la tour du Bourreau, ainsi que la courtine reliant la tour César à la tour aux Anglais, le sont en 1942. Les murs du Bourg Neuf et des Brébans le sont en 1992.

    Provins : La Cité Médiévale et ses remparts

    Dès le début du XIIe siècle, le Châtel de Provins est délimité par une enceinte qui englobe le donjon, point culminant de l'éperon, la collégiale Saint-Quiriace et le palais comtal. Cette enceinte est rénovée et complétée à la fin du XIIe siècle et la ville basse, alors en pleine expansion, est protégée par une palissade.

    Provins : La Cité Médiévale et ses remparts

    L'ensemble subit des modifications au cours des siècles, jusqu'au XVIe siècle, il s'agit de renforts. À partir du XVIIe siècle, la ville cesse d'entretenir ses remparts qui, parfois, deviennent de véritables carrières de pierres.

    Provins : La Cité Médiévale et ses remparts

    La « nouvelle porte » de Jouy est percée dans la troisième enceinte, la construction commence vers 1233 ; elle encercle largement toutes les maisons et boutiques de foire construites en dehors de la seconde enceinte. Cette enceinte comporte vingt tours de flanquement de plans différents « circulaire, quadrangulaire, polygonal sans éperons ou à éperons » et de nombreux dispositifs défensifs comme les archères. 

    * Informations sur place.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    19 commentaires
  • Provins : Maisons à Colombages

    Une maison à colombages ou maison à pans de bois (expression plus adaptée lorsque la maison est à plusieurs étages), est une maison constituée de deux éléments principaux :

    * Une ossature de bois, constituées de pans de bois. Les pans de bois sont constitués de sablières hautes et basses, de poteaux, de décharges et de tournisses.

    * Le hourdage, qui forme les murs et qui a un rôle de remplissage et de raidisseur. Il est fait de briques (crues le plus souvent), de moellons ou de matériaux légers comme le torchis ou le plâtre.

    Provins : Maisons à Colombages

    Le terme de colombage utilisé couramment pour désigner un ensemble de « pans de bois » vient du mot colombe (n.f.), attesté en 1334 au sens de « jambage de porte », « poutre dans un mur » et poutre dans « solive de charpente », lequel est un doublet du terme « colonne » attesté sous la forme columbe en 1080 ; le /b/ épenthétique est lié à la difficulté de prononciation du groupe /mn/ du latin classique columna, colonne.

    Provins : Maisons à Colombages

    Cette technique, connue dans l’antiquité romaine sous le nom d'opus craticium, a été utilisée en France au moins dès le Haut Moyen Âge jusqu’au XIX e siècle. Cependant, dès le XVII e siècle et durant tout le XIX e siècle, on plâtre les façades des maisons à pans de bois afin de leur donner un aspect plus luxueux et moderne. Mais de nombreuses maisons à colombage subsistent un peu partout en Europe et des plans de restauration sont mis en œuvre afin de conserver ce type d’habitat considéré comme un patrimoine architectural.

    Le type de la maison dite gothique, car sa période de construction correspond à la fin du gothique, s’est développé après la guerre de Cent Ans et 1520. Le rez-de-chaussée comporte parfois une boutique. Elle était constituée d’un ouvroir qui donnait sur la rue, ouvert la journée, et que l’on fermait la nuit avec des volets de bois. Les étages étaient bien souvent en encorbellement. Cette période est d’ailleurs l’âge d’or de ce type de construction, qui connut parfois des abus. Le toit est à pignon sur rue, avec ferme débordante, portée par des pigearts. Il y a un système de surcroît afin de plus facilement utiliser le comble.

    Les fenêtres de la maison gothique prennent de l’importance. En effet, elles sont souvent regroupées par plusieurs afin de donner davantage de clarté à l’intérieur; parfois même, elles se développent sur toute la largeur de la façade.

    Provins : Maisons à Colombages

    Le décor de la maison se fait à cette époque plus présent : tout élément en bois peut être sculpté. C’est ainsi que les sablières, pigearts, meneaux, traverses, encadrements des fenêtres et des portes sont sculptés.

    Les maisons dites gothiques étaient peintes, parfois dans des tons assez vifs, mais le plus souvent avec du sang de bœuf. Cette peinture a disparu au cours du temps ou a tout simplement été ôtée plus tard ; de nos jours, lors de leur restauration, ces maisons sont repeintes.

    * Sources sur place 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    24 commentaires
  • Provins (Histoire)

    Provins est une commune française située à soixante-dix-sept kilomètres au sud-est de Paris, sous-préfecture du département de Seine-et-Marne dans la région Île-de-France.

    Elle est le chef-lieu de l'arrondissement et du canton. Ses habitants sont appelés les Provinois. Provins est inscrite depuis le 13 décembre 2001 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

    Provins (Histoire)

    La ville est située dans le sud-est du département de Seine-et-Marne. Sur le plateau briard, Provins est bâtie autour d'un promontoire, au confluent de la vallée de la Voulzie et de celle du Durteint.

    D'après la légende, Provins tiendrait son nom des vignes de Probus (alors général Romain) qui se serait arrêté dans la cité vers 271. Devenu Empereur (276-282), il prit des mesures autorisant la culture de la vigne en Gaule, annulant de ce fait l'édit de Domitien promulgué près de deux siècles plus tôt.

    Provins (Histoire)

    En l'an 485 et après sa victoire sur Soissons, Clovis s'empare du castrum romain de Provins. Témoignant déjà d'une certaine importance, dès le début du IXé siècle, Charlemagne y envoie ses missi dominici. Autre preuve d'un rôle majeur : Provins frappe sa propre monnaie, le denier provinois.

    Provins (Histoire)

    Provins va devenir à cette époque la troisième ville de France, après Paris et Rouen. Provins fut au Moyen Âge l'une des villes abritant les plus grandes foires de Champagne, lorsque la ville était sous la protection des contes de Champagne. C'est surement cette période qui laissa le plus de trace sur Provins. D'après les lettres patentes de Louis XIe, la ville conservait bien ses prévilèges, notamment pour attirer les marchands étrangers. Le roi lui-même visita la ville de Provins les 21 et 22 juin 1479, avant d'aller à Dijon. 

    Provins (Histoire)

    Actuellement, la traditionnelle braderie du 11 novembre, qui se déroule chaque année dans toute la ville basse, n'est pas sans rappeler ces grandes foires d'antan. Cette foire traditionnelle était celle de la Saint-Martin, qui marquait le début de la période d'embauche d'hiver pour les travailleurs agricoles saisonniers. Cette foire est reprise dans beaucoup de villes de tradition agricole. Au Xe siècle, la ville était beaucoup plus importante qu'aujourd'hui et comptait 80 000 habitants. Le Prix national du livre médiéval : Provins patrimoine mondial est attribué depuis 2007 à un livre portant sur un sujet du Moyen Âge.

    Provins (Histoire)

    La fête de la moisson, qui succède à la fête médiévale, témoigne elle aussi de la richesse culturelle du pays provinois. Elle est célébrée le dernier dimanche d'août, et marquait anciennement la fin de la moisson du blé, production importante du pays de la Brie champenoise - même si aujourd'hui le maïs, la betterave et le colza lui disputent la vedette. Les chars de la fête de la moisson sont toujours décorés de blé, évoquant la récolte ; par ailleurs, on se sert souvent d'un tarare pour projeter du son sur les passants.

    * Source : Wikipédia

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    33 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique