• Des rames de métro vieilles de cent ans, aux portes de Paris. A découvrir aux journées du patrimoine en septembre

    La RATP a réuni dans un hangar aux portes de Paris des centaines de rames de métro, de tramway et des autobus qui ont circulé dans les rues de Paris tout au long du 20ème siècle. Une visite exceptionnelle que metronews vous fait partager.

    dsc-0071

    Ces rames ont circulé à partir de 1903.  

    Les plus jeunes d'entre vous ne le savent probablement pas. Mais il y a encore vingt ans, il y avait une première et une deuxième classe dans le métro. Bien avant, au tout début du 20ème siècle, les rames étaient d'ailleurs entièrement en bois. Mais suite à un accident, survenu en 1903, tous les véhicules ont progressivement été remplacés par des rames avec des caisses métalliques.

    dsc-0072

    Le tracé des lignes était déjà le même. 

    dsc-0084

    Ses rames ont roulé de 1910 à 1930. 

    dsc-0178

    À l'époque, les plans de ligne indiquaient aussi les rues de sortie des stations. 

    Au fil du 20ème siècle, le matériel roulant de la RATP s'est progressivement transformé et a évolué avec les habitudes des usagers. Mais beaucoup de véhicules ont été conservés, en très bon état. 

    dsc-0075

    La compagnie Nord-Sud était une compagnie privée, qui circulait sur ce qui est désormais la ligne 12. 

    dsc-0181

    ici, la seule rame en inox. La RATP voulait faire des économies en arrêtant de peindre ses rames. Mais celle-ci n'a finalement que très peu circulé, et uniquement sur la ligne 3. 

    La RATP a donc décidé de les réunir dans un immense hangar, à Villeneuve. Premiers tramways, autobus à deux étages, métros en inox ou fauteuils en cuir, sur plus de 11.000 mètres carrés, on découvre avec curiosité tous ces témoignages qui ont arpenté, pendant des années, la capitale.

    dsc-0088

    C'est dans ce hangar de près de 11 000 mètres carrés que sont entreposés tous ces témoignages roulants. 

    dsc-0156

    Les toutes premières rames de métro, en bois. 

    dsc-0161.jpeg

    Ici, l'ntérieur des rames de la 2ème classe. 

    Le hangar sera visitable exceptionnellement pendant les Journées du patrimoine, en septembre prochain.

    * Sources : http://www.metronews.fr/paris/photos-decouvrez-des-rames-de-metro-vieilles-de-cent-ans/mmfy!kbvJjR3xRG6g/

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    36 commentaires
  • Petite histoire du ticket de métro parisien

    Objet du quotidien de millions de Franciliens, le ticket de métro de Paris est né le  19 juillet 1900 avec l’inauguration de la première ligne de métro (l’actuelle ligne N° 1). Il a bientôt 113 ans. Avant que l’ère de la dématérialisation ne le fasse disparaître de notre quotidien, voici en quelques lignes les grandes évolutions qu’il a connu et qui ne sont que les reflets de l’évolution des modes de vie des Parisiens et des Franciliens.

    Un ticket multifacettes !

    Le ticket de métro c’est avant tout un titre de transport pratique, économique et écologique. Il se vend aujourd’hui plus de 500 millions de tickets par an. Il a donc un rôle économique non négligeable, ce qui lui a permis aussi d’acquérir un statut politique : connaître ou pas son prix est une question piège de journaliste pour tous hommes politique en campagne !

    Enfin pour les touristes qui visitent notre capitale, il est depuis longtemps une de ses petites icônes que l’on conserve précieusement comme témoignage de son passage dans la capitale. On le voit bien, le ticket de métro est indispensable à plus d’un titre pour des millions de personnes !

    Dès son inauguration ( le 19 juillet 1900 à 13 heures), la toute nouvelle Compagnie des Chemins de Fer métropolitain de Paris (la CMP) propose à ses voyageurs trois tarifs. Les tickets sont vendus soit à l’unité (l’essentiel des ventes à l’époque) soit en carnet (en format vertical de 30 X 57 mn pour les billets à l’unité et format horizontal de 65 x 30 mm pour les billets de carnet.). Chaque tarif bénéficie d’une couleur distincte : rose pour les premières classe, vendues 20 centimes, crème pour les deuxièmes classe, vendues 15 centimes, vert pour les aller et retour vendus 20 centimes.

    VISUEL-TICKET-1-ticket-de-carnet-2ème-classe-1903-

    En 1910, parallèlement au développement de la CMP, une nouvelle société inaugure son propre réseau desservant un axe Nord-Sud (l’actuelle ligne 12 Maire D’Issy – Porte de la Chapelle et une partie de la ligne 13) donnant ainsi son nom à la compagnie. Les billets Nord Sud qui sont de couleur grise ont un système tarifaire identique a ceux de la CMP. Le Nord-Sud, faute de rentabilité, finira par être absorbé par la CMP en 1930. Après 19 ans de stabilité, le prix du ticket de métro connaît sa toute première augmentation de … 5 centimes. Le réseau du métro compte alors déjà dix lignes.

    VISUEL-TICKET-2-Guichet-dune-station-vers-1910

     Guichet de vente de titre de transport vers 1910

    En 1925, afin d’anticiper les augmentations régulières du ticket, un principe « d’alphabet tarifaire » est instauré. A partir de cette date, chaque changement du système tarifaire sera matérialisé par une lettre : A puis B, C, D, etc. Ce principe va durer jusqu’au début des années 1970.

    VISUEL-TICKET-3-ticket-de-carnet-tarif-A-1-ère-classe-1925

    Ticket de carnet de tarif A de 1 ère classe- 1925

    Sous la pression des associations d’anciens combattants de la Grande Guerre, la CMP crée une tarification spéciale « Mutilé de guerre » à l’occasion du passage au tarif D. Le ticket de première est alors à 1,15 francs et à 70 centimes pour celui de seconde. Les mutilés ne paieront leur ticket que 60 centimes.

    Le seuil symbolique de 1 franc (ancien !) pour le ticket de deuxième classe est atteint en 1937 lors du passage au tarif F et année de l’Exposition universelle.

    En 1939, pour le prix d’un ticket vous aviez alors accès à un réseau comptant 14 lignes et représentant 160 kilomètres de voies. Les restrictions imposées pendant l’Occupation s’appliquent également au ticket de métro. Afin réduire les volumes de papier nécessaire à sa fabrication, on fait disparaître les carnets de 10 billets au profit de carnets de 5 billets, chacun « valable pour deux 2 voyages ».

    En 1941, le trafic de voyageur dépasse le chiffre du milliard de voyageurs transporté ! La disparition quasi totale des voitures particulières et du réseau de bus sont les raisons essentielles de cette forte augmentation. En août 1941, les billets aller & retour sont supprimés au profit de la « carte hebdomadaire de travail », valable pour 12 voyages dont le prix est alors fixé 10 francs. Le métro connaît sa période noire. Il ne faut pas oublier que, même sur le réseau parisien, le statut des juifs promulgué par le régime de Vichy trouve son application : interdiction faite aux juifs d’acheter un ticket de première classe et obligation de ne monter que dans la dernière voiture.

    VISUEL-TICKET-5-carte-hebdomadiare-de-travail-1941

    Carte hebdomadaire de travail – 1941

    En 1946, le réseau transporte 1,5 milliard de voyageurs, chiffre record à ce jour jamais égalé. Conséquence de ce pic de fréquentation, pour gagner de la place dans les voitures, on supprime la première classe qui sera rétabli deux ans plus tard. En1947, le prix du ticket tarif M en classe unique est de 5 francs.

    En 1948 intervient une évolution notable en matière de tarification : on crée la tarification réduite pour les familles nombreuses (la France connaît alors le fameux Baby Boom). C’est un an après qu’est créée la RATP qui hérite d’un réseau de 166 km de voies et comprenant 14 lignes de métro.

    VISUEL-TICKET-6-tarif-réduit-famille-nombreuse-1948-

    Ticket de carnet de tarif N de 2 ème classe – tarif réduit “ familles nombreuses”- 1948

    En 1958, le changement de tarif est agrémenté d’un changement de couleur : havane pour la deuxième classe et vert pour la première. Le prix du ticket de carnet en seconde passe à 30 francs et à 45 francs pour celui de première.

    Entre 1967 et 1970, le principe de l’alphabet tarifaire arrive à la fin de son premier cycle. En 1968, une simplification tarifaire intervient pour l’usager : le ticket de métro devient valable dans le bus. Ce changement tarifaire sera matérialisé par la lettre A.

    Après des essais à la fin des années 60, on généralise la bande magnétique sur les tickets et l’installation de composteurs automatique à partir d’octobre 1973, ce qui marque la fin du métier de poinçonneur.

    En 1975, on crée la Carte Orange. C’est une véritable révolution pour les déplacements dans la capitale. Elle permet un accès illimité, pour un prix fixe, à tous les moyens de transport d”Île-de-France pendant une période donnée.

    VISUEL-TICKET-9-carte-orange-

    En 1980, le réseau urbain transporte 1.093.900.000 voyageurs avec 13 lignes et 279 stations représentant près de 200 kilomètres de voies.

    La tarification de première classe est supprimée en 1991 pour le métro.

    VISUEL-TICKET-10-ticket-de-2-ème-classe-1980-copie-2

    Le fameux ticket jaune immortalisé par la campagne de pub “ ticket chic ticket choc “ ( 1978 – 1992)

    La dématérialisation du ticket commence en 2001 avec le lancement du Passe Navigo. Il est étendu de manière progressive aux porteurs de la Carte Intégrale, de la Carte Imagine ‘R et enfin de la Carte Orange. La dénomination officielle de Carte Orange ne disparaît définitivement que début 2010.

    Dans le cadre de la simplification des tarifs, le ticket passe à la couleur violine et prend l’appellation officielle de Ticket T. Il fait son apparition le 1er janvier 2003. Il succède aux billets qui sont alors émis par chacun des transporteurs franciliens. Il permet d’effectuer un trajet en métro, en bus et également dans le RER pour sa partie parisienne.
    Le 1er août 2003, son prix pour un plein tarif atteint le seuil symbolique de 1 euro. A cette époque, le réseau du métro compte 16 lignes, 366 stations et 211 km de voies, auquel il faut rajouter le RER.

    En 2007 est créé par le Syndicat des Transports d’Ile de France (le STIF) le Ticket t+. Il remplace l’ancien Ticket T, qui ne permettait pas la correspondance entre les diverses lignes de bus. Au 1er juillet 2011, le prix unitaire du ticket de carnet est à 1,80 euros.

    Aujourd'hui :

    Ticket metro

    navigo

    Grégoire Thonnat – auteur du livre  Petite histoire du ticket de métro parisien – Editions SW Télémaque - http://ticketdemetroparisien.blogspot.fr/

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    43 commentaires
  • Construction de la ligne 4 du métro parisien : Le sol de la Seine congelé

    Lors de la construction de la ligne 4 du métro parisien en 1899, les architectes ont eu recours à une méthode qui consistait à congeler le sol de la Seine en y injectant de la saumure à -24° par une quarantaine de tubes. Il faudra 40 jours pour que le sol soit congelé. Cela leur a permis de construire la première ligne de métro reliant la rive gauche à la rive droite de Paris.

    La construction se faisait par des caissons mais le sol était bien trop meuble pour pouvoir avancer, il fallait donc durcir le sol. Cette technique de congélation des sols est toujours utilisée par le génie civil, parfois avec de l'azote liquide.

    image912

    * Source : SECOUCHERMOINSBETE.FR

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    31 commentaires
  • La construction du Métro parisien

    On ne peut pas faire un blog sur Paris, sans parler de son métro !

    On le prend tous les jours ou presque. On le déteste ou l'on y est indifférent, mais que sait-on du métro parisien ? …

    Depuis quand existe-il ? Comment s'est-il développé et en combien de temps ?

    L’histoire du métro de Paris commence le 20 avril 1896, lorsque le conseil municipal de la ville confie à l'ingénieur des ponts et chaussées Fulgence Bienvenüe (d'où Montparnasse-Bienvenüe), la construction d’un réseau autonome de chemin de fer métropolitain. Il était temps ! Cela faisait en effet près d’un demi-siècle que le projet était discuté ou plutôt disputé entre l’Etat et la municipalité.

    2950814419 1 3

    Ces discussions sans fin portaient sur le modèle de transport en commun qu'il fallait développer. S'agissait-il d'enterrer un réseau équipé de trains électriques comme à Londres (1890) ou construire un métro aérien équipé de trains à vapeur comme à New York (1867) ? De même, ce nouveau réseau devait–il être indépendant ou construit à partir de celui existant? C'est-à-dire à partir des lignes et des trains du chemin de fer national desservant les grandes gares parisiennes et la petite ceinture (avec 21 stations, celle-ci était déjà ouverte au trafic passager).

    Le développement du métro dans d'autres capitales, l’imminence de l'exposition universelle de 1900 et les problèmes de circulation à Paris ont permis de franchir le pas. Le projet de la ville de Paris préconisait la construction d'un réseau exclusivement parisien et indépendant du chemin de fer. Bienvenüe (photo ci-dessus) était chargé de construire d'ici 1911, 6 lignes enterrées et équipées de trains électriques.

    4-3-181

    Le 30 mars 1898, le projet est déclaré d’utilité publique et le 4 octobre 1898, la construction de la ligne 1 débutait rue de Rivoli. Le chantier, colossal, va être entrepris en un temps record pour être achevé pour l’exposition universelle. Afin de gagner du temps, on abandonne l’idée d’utiliser des tunneliers et l'on creuse directement une immense tranchée à partir de la surface. Occasionant d'importants désordres, ces travaux sont l'objet de nombreuses plaintes.

    Mais le pari est tenu et seulement 23 mois après le début des travaux, la ligne 1 est inaugurée le 19 juillet 1900. Tout de suite adopté par les parisiens, le métro connait un grand succès. Après 5 mois d'exploitation, 4 millions de voyageurs l'avaient déjà emprunté.

    Dès 1901, la municipalité travaille donc  sur différents projets d’extentions. Le réseau doit se densifier pour que les parisiens ne soient jamais à plus de 400 mètres d'une bouche de métro. 

    Après le succès de la ligne 1, le programme de construction des 6 premières lignes suit son cours. Les travaux les plus spectaculaires concernent la 4, première ligne orientée sur un axe nord-sud et première ligne à traverser la Seine de façon souterraine.

    Pour ce faire, les ingénieurs de Bienvenüe construisent en 1905 des caissons hermétiques qui vont être positionnés sur le fleuve, puis  progressivement enfoncés dans son lit. Les stations Saint Michel et Cité seront construites sur le même modèle à partir de structures métalliques foncées dans le sol. Pour progresser dans le terrain trop humide des berges de la Seine à partir de la station Saint Michel, on utilisera aussi une méthode de congélation pour faciliter la tâche des tunneliers. Enfin, pour la petite histoire, le tracé originel de la ligne devait passer sous l’Institut de France. Mais devant le tollé que cela a provoqué chez les académiciens, on a dérivé la ligne vers Cité et Châtelet…

    Construction du métro 1

    En 1910, un an avant la date prévue, les six lignes du projet originel ont été achevées. Suivent alors quatre nouvelles lignes sur des axes nord-sud, les lignes 7 et 8 et les embryons des lignes 12 et 13, inaugurés en 1910 et 1911.
    En 1914, le réseau compte donc dix lignes et 91 km de voies. Il aura transporté 467 millions devoyageurs en 1913 contre cinquante-cinq millions en 1901.

    Durant les années 1930, le réseau poursuit son développement. Les lignes 8 et 9 font l'objet de travaux en commun à la hauteur des grands boulevards. Ces travaux, très importants, sont l'objet de nombreuses critiques de la part des parisiens qui en subissent les nuisances depuis plus de 30 ans. Mais le chantier continue d'avancer et les lignes 8, 9 et 11 atteignent respectivement  la porte de Charenton et la porte de Montreuil. En 1935, une nouvelle ligne, la onzième, relie Châtelet à Belleville.

    Le réseau est à présent assez développé pour procéder à des remaniements et à une rationalisation des lignes. La ligne 7 franchit la Seine en 1931 et absorbe la section Jussieu - Porte de Choisy auparavant attribuée à la ligne 10. Celle-ci récupère la section allant de La Motte Piquet Grenelle à Auteuil de la ligne 8 qui est, quant à elle, prolongée jusqu'à Balard. La ligne 14 reprend la section Invalides - Montparnasse de la Ligne 10 et est prolongée jusqu'à Porte de Vanves.

    Les années 1930 voient également les premières extensions hors des limites de Paris sur les ligne 1, 3, 5 ,7, 9 et 11. En 1939, le métro compte 159 kilomètres de voies et 332 stations. En 1946, il transporte 1,6 milliard de voyageurs.

    Metro_de_Paris_-_Travaux_de_construction_ligne_9_-_01.jpg

    Paris_Metro_construction__4_.jpg

    construction-metro-parisien-archives-ratp.jpg

    * Sources : Le site du Métro Parisien et Paris.fr

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    43 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique