• “Nous croyons regarder la nature et c’est la nature qui nous regarde et nous imprègne.” Christian Charrière

    La photo du weekend : Le Parc du Château de RambouilletCliquez sur la photo pour la voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    25 commentaires
  • Parc du Château de Rambouillet : Le ragondin

    Le Ragondin (Myocastor coypus) est une espèce de mammifères de la famille des Myocastoridae, la seule espèce actuelle du genre Myocastor. Ce gros rongeur, originaire d'Amérique du Sud, est introduit en Europe au XIX e siècle pour l'exploitation de sa fourrure bon marché.

    Parc du Château de Rambouillet : Le ragondin

    Tous les individus présents en Europe proviennent d'évasions ou de lâchés volontaires.

    • Nom vulgaire accepté, recommandé ou typique en français : Ragondin
    • Noms vulgaires (vulgarisation scientifique) ou noms vernaculaires (langage courant) pouvant désigner éventuellement d'autres espèces : nutria, myocastor, castor du Chili ou bien castor des marais, loutre d'Amérique, coypou, myopotame, racconda ou encore lièvre des marais.

    Le mot ragondin s'écrivait « rat gondin » jusqu'en 1869. Myopotame signifie « rat de rivière ».

    • Poids moyen : 5–9 kg en moyenne 7 k
    • Taille : un corps de 40–60 cm et une queue de 25 à 45 cm.

    De mœurs à tendance crépusculaire et nocturne, il peut avoir une activité diurne non négligeable. Présent dans seulement quelques départements français lors de son introduction, il est désormais présent dans plus de 70 départements.

    Parc du Château de Rambouillet : Le ragondin

    Il a colonisé des régions telles que le marais Poitevin, la Camargue ou les Landes dans une moindre mesure. Il est maintenant présent dans les régions du sud de la France (Lot-et-Garonne, Pyrénées-Orientales, Hautes-Pyrénées, Aude, Gard, Hérault, Tarn, Haute-Garonne, Vaucluse, Var, Bouches-du-Rhône...) mais on le trouve également sporadiquement dans certaines régions plus au nord ( l'Île-de-France (canal de l'Ourcq, étangs de Vélizy), le Centre et Alsace notamment...).

    Le froid est un facteur limitant et les hivers rigoureux leur sont fatals. L'organisme du ragondin n'est pas adapté au gel comme celui du castor. Lors d'hivers rigoureux, de nombreux ragondins ont la queue qui gèle, ce qui dégénère en gangrène mortelle.

    Le ragondin est reconnaissable à ses quatre grandes incisives orange, comme chez les castors, mais tirant plus sur le rouge.

    Il se distingue du rat musqué par sa taille plus importante. La section de sa queue, ronde chez le ragondin alors qu'elle est ovale chez le rat musqué, le différencie aussi des castors qui ont une large queue plate.

    Rongeur herbivore, son régime est normalement constitué de céréales, de racines, d'herbes, de glands ou autres. Néanmoins, il s'adapte très vite aux ressources disponibles sur son territoire.

    Il consomme ainsi une grande quantité de Poacées, notamment des céréales comme le maïs et le blé. Majoritairement herbivore, il peut toutefois manger des moules d'eau douce.

    Parc du Château de Rambouillet : Le ragondin

     

    Parc du Château de Rambouillet : Le ragondin

     

    Parc du Château de Rambouillet : Le ragondin

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Pour en savoir plus sur le ragondin : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ragondin

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    45 commentaires
  • La création du parc à la française date du début du XVIIe siècle. C'est à Fleuriau d'Armenonville que l'on attribue la volonté de magnifier les jardins : canaux et perspectives rythment le jardin à la française. Le duc de Penthièvre poursuit l'embellissement du parc et aménage le jardin à l'anglaise sur 25 hectares en partie vallonnés.

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

     

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

     

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

     

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

     

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

     

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

    Allées sinueuses, petits ponts et rivière serpentine conduisent vers de surprenantes fabriques : la Laiterie de la reine et la Chaumière aux coquillages.

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

    Le parc est aujourd'hui reconnu Jardin remarquable.

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

     

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

      

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

      

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

      

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

     Une petite balade en "Rosalie" comme mon amie Eliane et ma fille Yaël ? Pas évident croyez moi !

    Balade dans le Parc du Château de Rambouillet

    A pédales sur la terre ferme ! 

    Une animation de voitures à pédales est également proposée pour les enfants ! Mais les plus grands qui veulent découvrir l'ensemble du Domaine depuis les berges, des rosalies et autres voiturettes électriques sont disponibles à la location. Pour les plus intrépides, montez à bord de karts à roulettes ou de sulkis ! 

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Pour en savoir plus : ICI

    Pour en savoir plus : http://www.parc-naturel-chevreuse.fr/destination-parc/parc-du-chateau-de-rambouillet

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    46 commentaires
  • Parc du château de Rambouillet : Sculptures en bronze - Cerfs

    J'avais déjà publié un article sur ces superbes sculptures, à voir :  ICI

    Je suis toujours à la recherche du nom du sculpteur. Je pense à Clovis MASSON, mais j'aimerais avoir confirmation.

    Parc du château de Rambouillet : Sculptures en bronze - Cerfs

      

    Parc du château de Rambouillet : Sculptures en bronze - Cerfs

      

    Parc du château de Rambouillet : Sculptures en bronze - Cerfs

      

    Parc du château de Rambouillet : Sculptures en bronze - Cerfs

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    42 commentaires
  • Parc du Château de Rambouillet : Sculpture de Diane appuyée sur un cerf de Jean Goujon (?)

    Une sculpture monumentale en marbre représente Diane chasseresse avec un cerf dans le parc verdoyant et paysagé de Rambouillet.

    Parc du Château de Rambouillet : Sculpture de Diane appuyée sur un cerf

    La Diane appuyée sur un cerf dite aussi Fontaine de Diane réalisée pour Diane de Poitiers au château d'Anet a été successivement attribuée à Benvenuto Cellini, Jean Goujon et Germain Pilon.

    Parc du Château de Rambouillet : Sculpture de Diane appuyée sur un cerf

    Toutes ces attributions ont été contestées ou réfutées. Il est difficile de juger de l'œuvre qui a été largement complétée par Pierre-Nicolas Beauvallet avant son installation au Musée du Louvre en 1799-1800.

    Alexandre Lenoir, directeur du Musée à cette époque, est l'auteur de l'attribution à Jean Goujon.

    Cette Diane appuyée sur un cerf ou Fontaine de Diane est donc une copie, mais elle est magnifique, c'est ma préférée.

    Parc du Château de Rambouillet : Sculpture de Diane appuyée sur un cerf

     

    Parc du Château de Rambouillet : Sculpture de Diane appuyée sur un cerf

     

    Parc du Château de Rambouillet : Sculpture de Diane appuyée sur un cerf

     

    Parc du Château de Rambouillet : Sculpture de Diane appuyée sur un cerf

     

    Parc du Château de Rambouillet : Sculpture de Diane appuyée sur un cerf

     

    Parc du Château de Rambouillet : Sculpture de Diane appuyée sur un cerf

     

    Parc du Château de Rambouillet : Sculpture de Diane appuyée sur un cerf

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    * Sources : Sur place.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    44 commentaires
  • Promenade dans le Parc du château de Rambouillet 

    Le château de Rambouillet est facile d'accès, il est situé à 1 heure de Paris environ. Quelques mots pour décrire l'environnement, le château a appartenu à diverses personnalités avant de devenir domaine royal avec le rachat de la propriété par Louis XVI qui y fit construire une laiterie pour la Reine comme à Versailles. Le domaine tomba ensuite un peu dans l'oubli avant de devenir lieu de villégiature pour les présidents à partir de 1886. Le Général de Gaulle a donné de nombreuses réceptions à Rambouillet. Aujourd'hui le château n'est plus une résidence présidentiel, il se visite, le ticket d'entrée donne accès au château, à la laiterie de la Reine et à la Chaumière aux coquillages. Le parc se visite gratuitement et il vaut le déplacement à lui tout seul.

    L'accès au parc est gratuit, les horaires d'ouverture sont ceux d'un parc classique.

    Le parc est vraiment calme et reposant, il mérite le détour. Il n'a pas la froideur et la grandeur du parc du château de Versailles. Les îles complètement sauvages cassent la monotonie du jardin trop ordonné. 

    Promenade dans le Parc du château de Rambouillet : Héron cendré

     

    Promenade dans le Parc du château de Rambouillet : Héron cendré

      

    Promenade dans le Parc du château de Rambouillet : Héron cendré

      

    Promenade dans le Parc du château de Rambouillet : Héron cendré

      

    Promenade dans le Parc du château de Rambouillet : Héron cendré

    Pour en savoir plus : http://www.francedigitale.com/rando.web/87

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    42 commentaires
  • Paris 19ème : Rencontres insolites !

    Quand j'habitais encore le 19ème, tous les matins un goéland me servait de réveil matin. Goéland rejoint bientôt par une mouette rieuse et dernièrement par un faucon crécerelle. Tout ce petit monde s'entendait à merveille avec les pigeons, pies et corneilles ! comme quoi ...

    Tous ces volatiles attendaient tous les matins au même endroit, devant l'appartement d'une personne qui jetait ses restes de repas par la fenêtre. 

    Photos prises au début du mois de juillet 2016. 

    Paris 19ème : Rencontres insolites !

      

    Paris 19ème : Rencontres insolites ! Pas banal de voir une mouette rieuse et un faucon crécerelle attendre le même morceau de pain !

    Paris 19ème : Rencontres insolites !Monsieur Goéland lui ne partage pas, il préfère attendre seul ...

    Paris 19ème : Rencontres insolites !

    C'est ça aussi Paris ! 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    60 commentaires
  • Sèvres : L'Île de Monsieur : Un peu d'histoire

    Située en aval du pont de Sèvres, l’île de Monsieur est entourée par les flots jusqu’au début du XIXe siècle, avant d’être rattachée à la rive par le comblement du petit bras de Seine, déjà trop obstrué pour la navigation.

    C’est sur un manuscrit de 1336 que l’on trouve le premier témoignage de son existence. Au Moyen-Âge, l’île est un lieu de pêche, et on la nomme encore « isle Rocheret », ou parfois « isle de Rocherel », ou « isle de Rochelet ».

    Son histoire se précise en 1678, lorsque Louis XIV en acquiert une partie et en fait don à son frère Monsieur, duc d’Orléans, qui acquiert le reste du terrain l’année suivante.

    L’île est alors plantée d’une double rangée d’ormes sur tout son contour, et constitue une plaisante extension au domaine de Monsieur. On y donne des fêtes au bord de l’eau. C’est à partir de cette époque que l’île prend son nom actuel. Elle restera la propriété de la famille d’Orléans jusqu’à son rachat en 1785 pour Marie-Antoinette, qui y résidera très occasionnellement avec le Roi. En 1789, l’île est louée et défrichée.

    En 1794, elle est vendue et cesse ainsi d’être une propriété princière et royale. En 1817, une ordonnance lève définitivement une vieille ambiguïté : l’île de Monsieur fera désormais officiellement partie de la commune de Sèvres, au détriment de Saint-Cloud. Au XIXe siècle, les frères Collas, propriétaires depuis 1818, y mènent leurs activités d’entrepreneurs et marchands de bois, et occupent le site pendant plus de trente ans. Ils y font construire une large bâtisse, probablement une ferme dont l’entrée donne sur le nouveau pont de Sèvres tout proche.

    Avec la Révolution industrielle, une nouvelle ère s’ouvre pour l’île de Monsieur. En 1885 commence l’implantation de la ligne de chemin de fer de Pont-de-l’Alma à Courbevoie. En 1917, la société Renault Frères y installe des bâtiments industriels et une gare, assurant le transport de chars pour le front. En 1918 et 1926, l’administration des chemins de fer de l’État acquiert le terrain, et laisse Renault y développer ses activités et ses usines.

    La physionomie de l’île est bouleversée, sous la ferraille, les baraquements et la fumée. Dès lors, et pendant des décennies, rien n’arrête son exploitation, pas même son classement en 1942 parmi « les sites et monuments naturels de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire et pittoresques ». Depuis 1997, on peut longer la Seine en tramway.

    En 2001, le terrain est racheté à Réseau ferré de France par le Syndicat mixte pour les activités nautiques, sportives et de loisirs du Val-de-Seine, syndicat représentant le département des Hauts-de-Seine et les communes de Boulogne-Billancourt, Sèvres, Saint- Cloud, Chaville et Ville-d’Avray. Ce rachat a pour objectif un réaménagement général du terrain, une volonté qui mènera à la création d’un parc nautique, lequel est inauguré en 2007.

    C’est à cette occasion que le tracé du tramway T2 est revu : il longe désormais la RD 7, libérant ainsi les berges du fleuve, et marquant la frontière entre les aires de stationnement à l’est, et la zone plus verte du parc, lieu de loisirs et de sports nautiques. Après un siècle de vie industrielle, l’île de Monsieur renoue ainsi avec sa vocation historique de lieu de plaisance du bord de Seine.

    * Sources :http://www.sevres.fr/decouvrir-sevres/patrimoine-sevrien/lile-de-monsieur 

    Préserver le milieu écologique traditionnel

    L'île de Monsieur est  un grand parc naturel. L'ambiance des lieux est champêtre avec la prairie, la pelouse, les promenades, bordées de plantes arbustives et odorantes...

    Le petit saule, le frêne, l'érable, ou bien l'orchis, l'œillet prolifère ou la chodrille, présents sur l'île, sont entretenus. Des espèces comme les lilas, cerisiers, aubépines, mufliers, jacinthes ont été plantées. Les taillis et la futaie, agrémentés d'une rivière, abrite une faune d'oiseaux et de petits mammifères.

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un peu d'histoire

     

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un peu d'histoire

     

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un peu d'histoire

      

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un peu d'histoire

      

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un peu d'histoire

      

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un peu d'histoireUne faune très importante, je ne suis pas restée assez longtemps pour prendre plus de clichés, mais j'y retournerais.

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    64 commentaires
  • Sèvres : L'Île de Monsieur : Un parc écolo-nautique entre Seine et terre

    Conçu comme un petit port scandinave autour de son deck en bois, sa cale et ses pontons facilitant l'accès au fleuve, la base nautique est pour le promeneur une invitation au dépaysement, et pour le sportif un équipement de qualité.

    Cette ancienne friche industrielle a été transformée en parc dédié aux loisirs nautiques sur la Seine : canoë, kayak, voile, canotage, aviron… La qualité et la dimension du plan d'eau permettent l'organisation de compétitions ou de manifestations ludiques.

    En plus des équipements nautiques, l'île de Monsieur aménage des espaces destinés au beach-volley mais aussi aux sports familiaux et de loisirs (badminton, jeux de ballon, jogging…).

    Un parc écologique naturel :

    L'île de Monsieur est aussi un grand parc naturel qui valorise la faune et la flore. Certaines plantes rares et protégées telles que l'orchis pyramidal sont préservées.

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un parc écolo-nautique entre Seine et terre

     

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un parc écolo-nautique entre Seine et terre

    Les entrées de l'île composées d'alignements d'arbres forment un prolongement des grands tracés du domaine de Saint-Cloud et du musée de la Céramique en s'ouvrant sur la Seine.

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un parc écolo-nautique entre Seine et terre

     

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un parc écolo-nautique entre Seine et terre

    Des espaces de "transition champêtre" (prairie, pelouse, plage) accompagnent le cheminement du promeneur.

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un parc écolo-nautique entre Seine et terre

     

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un parc écolo-nautique entre Seine et terre

    La conception du site a fait l'objet de toutes les attentions. Ses bâtiments répondent aux normes de Haute Qualité environnementale (HQE) et font la part belle aux matériaux naturels : bois, murs gabions, panneaux en terre cuite, toitures végétales…

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un parc écolo-nautique entre Seine et terre

    Qu'il s'agisse du choix des matériaux, de son intégration dans le paysage ou de l'organisation des espaces intérieurs, l'ensemble a été conçu pour consommer le moins d'énergie possible. De la récupération des eaux de pluie à la ventilation en passant par le chauffage assuré par un système de pompe à chaleur, l'aménagement de la base se révèle exemplaire.

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un parc écolo-nautique entre Seine et terre

     

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un parc écolo-nautique entre Seine et terre

     

    Sèvres : L'Île de Monsieur : Un parc écolo-nautique entre Seine et terre

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    * Sources :  http://www.hauts-de-seine.fr/sports-loisirs/sports/les-equipements-sportifs/ile-de-monsieur/

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    72 commentaires
  • Le Parc de Saint Cloud : La Grande Cascade

    La Grande Cascade
    se compose de deux ouvrages en pierre séparés par l'allée du Tillet : la Cascade haute, construite sur le dessin de Le Pautre en 1660 -1665 et la Cascade basse aménagée par Hardouin-Mansart en 1698-1699. Régulièrement restaurée depuis l'époque de Monsieur, elle a été complètement refaite dans les premières décennies du siècle, tant dans sa maçonnerie que dans ses éléments décoratifs, en respectant toutefois le programme iconographique d'origine.

    Le Parc de Saint Cloud : La Grande Cascade

    Au couronnement, on peut voir La jonction de la Seine et de la Marne, reconstitution en pierre du groupe colossal sculpté en 1734 par Adam; de part et d'autre, sur la balustrade, l'Hercule-Commode, un Faune, Hercule et le Faune dansant qui sont des copies d'antique; sur l'arrière et dans les ouvertures des arcades, deux Triton juché sur un dauphin.

    Le Parc de Saint Cloud : La Grande Cascade

    Dans la partie basse de la Cascade haute sont disposées, de part et d'autre des rampes, les statues des quatre Vents : Borée, Zéphyr, Eurus et Auster.
    Sur l'allée du Tillet, au niveau de la Cascade basse, deux groupes en pierre représentant Pan et Syrinx, Persée et Andromède. Grenouilles, dauphins, monstres marins, écrevisses, tables de rocaille...en pierre et masques de plomb complètent le décor.

    Entre 1972 et 1975, des moulages d'antiques célèbres ont été alignés de part et d'autre des Grandes Nappes.

    Le Parc de Saint Cloud : La Grande Cascade

     

    Le Parc de Saint Cloud : La Grande Cascade

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format. (Blog en semi-pause).

    * Sources : http://parc.de.saintcloud.free.fr/dom0010.html

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    69 commentaires
  • Blog en pause ... Causes déménagement et vacances ... Retour début septembre

    Je suis en train de déménager. Je ne sais pas trop quand je récupérerais ma connexion internet ... Je pars ensuite en vacances, je vous donne donc rendez-vous début septembre ... Bonnes vacances à tous ... 

    Blog en pause ... Causes déménagement et vacances ... Retour début septembre

     

    Blog en pause ... Causes déménagement et vacances ... Retour début septembre

      

    Blog en pause ... Causes déménagement et vacances ... Retour début septembre

      

    Blog en pause ... Causes déménagement et vacances ... Retour début septembre

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format - Roses trémières du Parc de Saint-Cloud. 

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    171 commentaires
  • Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 3) Cheval à la herse de Pierre-Louis Rouillard

    Cheval à la herse par Pierre-Louis Rouillard (1820-1881), statue de fonte d'une hauteur de 3,50 m et d'une largeur de 2,23 m.

    Elle était située à l'origine à l'angle avant-gauche du bassin du Trocadéro entre 1878 et 1935 puis déplacé à la Porte de Saint-Cloud de 1935 à 1985 avant d'être placé devant le Musée d'Orsay dans le milieu des années 1980 (1987).

    Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 3) Cheval à la herse

     

    Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 3) Cheval à la herse

     

    Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 3) Cheval à la herse

     Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    * Pour en savoir plus sur Pierre-Louis Rouillard : http://www.nella-buscot.com/sculpteurs.php?idsculpteur=scu0157&lng=3

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    82 commentaires
  • Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 2) Rhinocéros de Alfred Jacquemart

    Rhinocéros en 1878, sculpture en fonte. 

    Fondeur Voruz Aîné, J.

    1878, acquis après commande (commande du modèle pour le palais du Trocadéro,

    Bâti à l'occasion de l'Exposition Universelle de 1878, commande de la fonte en 1978)

    A partir de 1878, au Palais du Trocadéro de 1935 environ à 1985,

    A Paris, Porte de Saint-Cloud attribué au musée du Louvre 1986,

    Affecté au musée d'Orsay 1986, restauré par la fonderie de Coubertin, Saint-Rémy-lès-Chevreuse

    Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 2) Rhinocéros

     

    Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 2) Rhinocéros

     

    Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 2) Rhinocéros

     

    Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 2) Rhinocéros

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    64 commentaires
  • Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 1) Le jeune éléphant pris au piège d’Emmanuel Frémiet et le fondeur Antoine Durenne

    Emmanuel Frémiet (1824-1910) exécuta des oeuvres de commande patriotiques dans un style néoclassique tout en étant reconnu comme un artiste excellant dans la production de sculptures animalières d’inspiration naturaliste. Il est également rattaché à l’école réaliste. Il devint membre de l’Académie des Beaux-arts en 1892 et succéda à Barye comme professeur de dessin animalier au Musée d’Histoire naturelle de Paris.

    Son jeune éléphant grandeur nature (2,22 m x 3,60 m x 3,12 m), qui connut le même parcours que le rhinocéros de Jacquemart, fut acquis par le Service d’achat aux artistes vivants pour le Palais du Trocadéro à Paris à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1878.

    Emmanuel Frémiet est également connu pour sa statue équestre de Jeanne d’Arc, place des Pyramides à Paris, et pour son monument à Ferdinand de Lesseps situé à Suez.

    Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 1) Le jeune éléphant pris au piège

     

    Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 1) Le jeune éléphant pris au piège

     

    Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 1) Le jeune éléphant pris au piège

    Ce singe semble prendre un réel plaisir à voir cet éléphant pris au piège !

    Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 1) Le jeune éléphant pris au piège

     

    Les sculptures du parvis du Musée d'Orsay : 1) Le jeune éléphant pris au piège

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    * Sources : http://www.patryst.com/fr-FR/curiosities/1971-le-jeune-elephant-pris-au-piege

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    65 commentaires
  • Pause au Jardin des Tuileries

    Une petite pause-midi avec ma fille aînée au Jardin des Tuileries. Voici quelques photos ... 

    Une famille Colvert : 

    Pause au Jardin des Tuileries

     

    Pause au Jardin des Tuileries

     

    Pause au Jardin des Tuileries

     

    Pause au Jardin des Tuileries

    Hémérocalle, Lis d'un jour 

    Le lis d'un jour (Hemerocallis) est une plante vivace, herbacée qui forme de vastes touffes fleuries. Le genre comprend une quinzaine d'espèces complétées par un nombre incroyable de cultivars, puisqu'on en recenserait plus de 30 000.

    Pause au Jardin des Tuileries

    Ces plantes de la famille des Liliacées, sont originaires des prairies et des lisières de forêt de Corée, du Japon et de Chine.

    Pause au Jardin des Tuileries

    Les coloris varient selon les cultivars du blanc pur au presque noir, en passant par toutes les nuances de jaune, d'orangé, de rose et de rouge. Les fleurs ne durent qu'un jour, mais se renouvellent sans cesse pendant près de 5 mois.

    Pause au Jardin des Tuileries Cliquez sur les photos pour les voir en grand format.

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    84 commentaires
  • Montmartre et ses moulins ...

    Sur la butte de Montmartre, on dénombrait environ une quinzaine de moulins en activité, dont seuls deux subsistent encore aujourd’hui !

    Montmartre est resté longtemps un village rural, organisé autour de son ancienne Abbaye et peuplé de paysans, d’artisans et de meuniers.

    Aux 17e et 18e siècles, de nombreux moulins dressaient leurs ailes sur la Butte. Les quinze moulins officiellement reconnus avaient presque tous été érigés sur la ligne de crête.

    Ces moulins ne servaient pas uniquement à moudre le blé, mais servaient aussi à presser les vendanges ou concasser les matériaux nécessaires aux manufactures. Ils représentaient aussi un but de promenade dominicale pour les Parisiens.

    Montmartre et ses moulins ...

     Le Moulin de la Galette.

    Montmartre et ses moulins ...

    Le Moulin de la Galette et le Blute-Fin.

    Montmartre et ses moulins ...

    Montmartre et ses moulins de Van Gogh

    Liste des anciens moulins de Montmartre et dates d’édification :

    Moulin du Palais – 1591 ; puis Moulin-Vieux-du-Palais – 1622
    Moulin de la Vieille-Tour – 1623
    Moulin de la Lancette – 1630
    Moulin du Palais – 1640
    Moulin de la Petite-Tour – 1647
    Moulin de-la-Fontaine-Saint-Denis – 1724
    Moulin-des-Près – 1725
    Moulin-Neuf – 1741
    Moulin de la Grande-Tour – XVIIIe
    Moulin du Palais – 1622 ; Moulin Bout-à-Fin – 1640 ; Moulin Blute-Fin – 1795
    Moulin des Brouillards ou Moulin-à-vin – XVIIe
    Moulin Chapon – 1717 ; puis Moulin Radet – 1667 et transferé en 1834.
    Moulin de la Turlure – 1770
    Moulin Radet – 1834

    Aujourd’hui il n’en subsiste que deux : Le Radet et le Blute-Fin, ce dernier tirant son nom du verbe « bluter » synonyme de tamiser.

    Montmartre et ses moulins ...

    Le Moulin Le Radet au dessus du restaurant "Le Moulin de la Galette".

    Voir mes articles : 

    Le Moulin Le Radet : ICI

    Le Moulin le Blute-Fin : ICI

    * Sources :  http://www.montmartre-guide.com/histoires_montmartre/les-moulins-butte/

    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    37 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires